la filière française des huiles essentielles de plantes à parfum

Economie

Publié dans La filière

Production mondiale d'huile essentielle

La production mondiale d’huile essentielle de lavandes

La production mondiale d’huile essentielle de lavandes était estimée en 2015 à plus de 250 tonnes avec comme pays concurrents : la  Chine envriron (40 tonnes), l’Ukraine (moins de 2 tonnes)  la Bulgarie (150 tonnes), la Moldavie (6 tonnes environ et quelques tonnes pour les autres pays, comme les Etats Unis, le Royaume Uni, la Nouvelle Zélande, l’Australie et l’Inde.

L’Espagne produit entre 10 et 15 tonnes de lavande aspic dont l’utilisation est différente de la lavande lavandula augustifolia. 

La production mondiale d’huile essentielle de lavandin

La production d’huile essentielle de lavandin est essentiellement française à l’exception de l’Espagne deuxième producteur de lavandin derrière la France qui produit 100 tonnes envrion.

Les pays de l’Est pour des raisons climatiques ne cultivent pas le lavandin. Des essais ont eu lieu dans certains pays comme l’Inde et le Maroc mais sans résultat probant pour le moment.

 

La lavande et le lavandin favorisent le développement de l’activité économique de zones rurales provençales de montagne. Elle permet également de gérer l’espace et maintenir des paysages qui constituent un atout touristique fort de ces régions.
 

La production d’huile essentielle de Sauge Sclarée

2-4-1 sauge

Si l’huile essentielle subit les mêmes cycles que toutes matières premières, il semblerait que les besoins mondiaux en sclaréol soient croissants. La concrète de Sauge est produite majoritairement dans les pays de l’Est et la Chine. La compétitivité d’une production française est envisageable tout autant que la compétitivité des itinéraires techniques soit optimisée. Cette compétitivité est étroitement liée aux techniques de récolte mais aussi aux systèmes d’extraction. En effet une concrète de Sauge produite à partir d’un matériel végétal performant combiné à un process d’extraction simplifié, intégrant des grandes capacités de traitement et se situant au cœur de la zone de culture, pourrait trouver sa place sur le marché mondial.

(Source : Cpparm)



La situation de l’offre

 Analyse de l'évolution des Prix / Offre en huiles essentielles de lavandin

2-4 bis evolution des prix

 

Le graphique ci-dessus informe de l’évolution de la situation de l’offre en huiles essentielles de lavandin. Il met en avant notamment l’effet stabilisateur des quotas entre les années 2000 et 2005, malgré des volumes disponibles (stocks) ayant grimpé jusqu’à pratiquement 2 000 tonnes (soit 2 années de consommation). L’enseignement principal de ce graphique est que chaque fois que l’offre excède les 1 500 tonnes, les prix s’effondrent.

Cette situation exige une nouvelle fois la mise en place d’outils de régulation comme par exemple la contractualisation. Actuellement, les principaux opérateurs à la production souhaitent s’engager dans cette démarche, avec un objectif d’une contractualisation de 50 % de la production.

 

La concurrence

Des sociétés multinationales, des marchés très orientés vers l’import-export, l’explosion des moyens de communication et la circulation en temps réel de l’information, l’absence de réglementation communautaire pour les productions agricoles en amont des matières premières concernées, font que les acteurs nationaux et par voie de conséquence régionaux sont soumis aux dures lois de la concurrence et disposent de peu de moyens de protection.

Dans un passé encore récent, cette concurrence n’était pas vécue de la même façon selon la place des opérateurs dans la filière et ce sont surtout les producteurs de matières premières agricoles et les opérateurs de premières transformations qui en subissaient les plus grands dommages. Au fil du temps, les huiles essentielles et les fleurs de lavandes ont subit des périodes de crises répétées.

Du strict point de vue économique et sans tenir compte de considérations d’aménagement du territoire, la filière s’est globalement développée dans la mesure où les importations concernaient des produits bruts ou à faible valeur ajoutée et qui, après incorporation dans des produits plus élaborés, étaient ré-exportés en grande partie sous forme de parfums, médicaments, cosmétiques, etc.

Cependant avec le développement du commerce mondial, des relations entre producteurs et utilisateurs finaux s’instaurent, les circuits commerciaux se raccourcissent et la valeur ajoutée apportée par les industriels intermédiaires est récupérée en totalité ou en partie par l’utilisateur final : ainsi le problème de la concurrence se pose aussi dorénavant pour certains industriels régionaux qui voient leur position dominante sur le marché mondial remise en question.

A titre d’exemple, le schéma ci-dessous détaille le commerce mondial des huiles essentielles de lavandes et de lavandins. (Source : Onippam)

2-4-4 bis shema commerce mondial

Schéma sur le commerce mondial des huiles essentielles de lavandes et de lavandins

 

On constate sur ce schéma la prépondérance de la France mais également la présence de flux commerciaux entre les pays producteurs d’huiles essentielles de lavandes et les principaux pays utilisateurs. Il y a quelques années, ces flux étaient rares et la très grande majorité des transactions transitaient par la France. Elle conserve encore son leadership grâce à une forte production de qualité sur son territoire.

(Source : Enjeux territoriaux et développement durable des plantes à parfum et aromatiques régionales, ONIPPAM/FranceAgriMer et région PACA, 2006/2007)